Décoration

Bonjour à toutes ! Je fais suite et on peut dire aussi que je fais un retour en arrière, à vous de voir sur mon article « Pourquoi je rêvais de Paris ». Dans celui-ci je vous expliquais comment une petite sudiste comme moi avait réussi à devenir journaliste mode, puis quelques après cet article journaliste people.

Ce que je ne vous ai pas expliqué c’est précisément cette phrase : « après mon bac littéraire et beaucoup de tâtonnements sur mon orientation, j’ai finalement réalisé que j’aimais écrire et que je voulais en faire mon métier. ». Les tâtonnements sont nombreux une fois le bac en poche, rares sont celles qui savent exactement ce qu’elles veulent faire tant la liste des métiers est variée. À la suite de mon bac je voulais être professeur des écoles. Les enfants s’émerveillent de tout et sont tellement entiers que je ne me voyais pas faire un autre métier. L’éducation et la culture sont pour moi des bagages essentielles pour être une personne épanouie et bien évoluer en société. Cependant j’avais peur même si je sentais que c’était là où était ma place il faut assumer de se tenir devant une classe de 25 à 30 élèves… Je ne me sentais pas assez mature, mais je disais qu’après les 3 ans de licence je verrai bien.

C’est ainsi que je me suis lancée dans une licence de Lettres Modernes et au moment de choisir mon master (enseignement ou l’ingénierie média avec une spécialité rédaction web), mon choix s’est porté sur le second master. Je ne me sentais pas de tenir une classe et je voulais toucher un rêve de devenir journaliste mode car la mode était une passion. Je voulais me lancer à fond dans cette carrière que vous connaissez déjà ! Après 3 merveilleuses années et notamment lorsque j’ai fini journaliste people j’ai réalisé une chose; je ne me sentais pas utile. Les places sont certes chères dans le journalisme, mais beaucoup de personnes rêvent d’en faire… Je voulais être là où on avait besoin de moi, là où l’on apporte de véritables valeurs essentielles à la vie de l’autre. J’ai passé 3 ans dans une bulle merveilleuse mais la réalité de la vie a fini par me choquer : le terrorisme, les guerres, ces enfants qui font des kilomètres à pied pour aller à l’école dans les pays émergents… l’éducation est primordiale. L’éducation m’a rattrapée et m’a frappé en plein coeur… j’ai alors posé ma démission de la rédaction people, malgré des collègues sympas, malgré un cdi, malgré des interviews de stars mais ce monde sonnait trop faux face à la réalité.

Nouvelle vie : désormais je suis professeur de français en collège / lycée, même si je suis surtout en collège mais je suis là où on a enfin besoin de moi. Alors certes mes élèves ne sont pas des maternelles mais je compte bien passer le concours de professeur des écoles cette année, puis l’année prochaine et l’année suivante encore s’il le faut, jusqu’à ce que j’aie ce fameux concours mais je sais que c’est là où est ma place.

Vous savez, je me suis toujours demandé comment font ces personnes qui passent de carrière qui font rêver à tout autre chose, en posant juste leur démission en disant stop. Je me demandais ce que pensait l’entourage, s’il y avait des déceptions… C’est assez simple en faite, on se lève un jour et on se dit que cette vie que l’on a est top, mais qu’elle ne nous ressemble plus, vous en parlez autour de vous et votre entourage vous comprend, vous trouve courageuse et vous pousse. Une belle carrière n’est pas celle qui vous fait gagner beaucoup d’argent, elle n’est pas celle qui faisait entendre « ooh tu as trop de chance »…

Une belle carrière, c’est celle qui vous donne le sourire le soir en vous couchant car vous avez réalisé que c’était une belle journée et que demain vous vivrez encore une belle journée.

@manuelamiro Voir sur Instagram